Il n'y a aucun article dans cette catégorie. Si des sous-catégories sont affichées sur cette page, elles peuvent contenir des articles.

Sous-catégories

PETITE HISTOIRE

Le Centre de services communautaires du Monastère constitue un équipement collectif exceptionnel pour le Plateau Mont-Royal. Grâce à une entente intervenue entre les Pères du Très-Saint-Sacrement et la Corporation du Monastère, l’édifice, situé au 4450 rue Saint-Hubert, a été transformé en un véritable carrefour de services à la population et est devenu un catalyseur pour le développement social et communautaire.


Petite histoire d’un grand projet

Le Monastère de la rue Saint-Hubert a été construit en 1929 d’après les plans de l’architecte Séraphin A. Cyr datant de 1928. Toutefois, il est important de souligner que l’architecte Ernest Cormier, bien connu pour ses travaux (Université de Montréal, La Cour Suprême à Ottawa, etc.), avait d’abord soumis des esquisses pour le Monastère en 1927. Même si M. Cormier s’est retiré du dossier lorsque les Pères décidèrent de procéder à la construction, le bâtiment porte sa marque, notamment par le style néo-roman de l’édifice et les matériaux utilisés.

En septembre 1994, l’administration municipale présentait au comité conseil d’arrondissement Plateau Mont-Royal / Centre Sud, un projet de développement du site de la station du métro Mont-Royal. Avec le temps, ce projet allait évoluer vers un concept global de réaménagement du secteur, tenant compte de la valeur patrimoniale des bâtiments qui le bordent, du caractère central du site et des besoins des citoyens.

Ce concept s’appuyait sur des objectifs généraux visant à améliorer substantiellement la qualité de l’environnement dans ce secteur, de façon à accroître l’attrait exercé par le quartier et à contribuer à freiner l’étalement urbain. L’avenue proposée tenait compte des dimensions historiques, socioéconomiques, patrimoniales et culturelles du Plateau Mont-Royal par un aménagement apte à améliorer de façon significative la sécurité et la qualité de vie dans ce secteur et plus largement dans l’ensemble du quartier. L’un des éléments majeurs du nouveau projet d’aménagement du secteur résidait dans la conversion du Monastère des Pères du Très-Saint-Sacrement en centre de services à la communauté.

Un comité de citoyens et d’organismes du quartier a pris en charge le processus devant mener à la conversion du Monastère. À la fin de l’été 1997, la Corporation du Centre de services communautaires du Monastère est légalement constituée.

À la fin de décembre 1998, la signature de la convention de cession de l’immeuble marque officiellement le début des travaux. Selon l’entente conclue, l’ensemble de l’immeuble et le terrain, incluant le stationnement, ont été cédés à la Corporation. En contrepartie, le Centre de services communautaires du Monastère s’est engagé à loger les membres de la communauté aux étages supérieurs de l’immeuble et à offrir les 30 000 pieds carrés restants à des organismes sans but lucratif.

Au printemps 1999, les premiers locataires prenaient possession de leurs nouveaux locaux. En août 1999, les travaux s’achevaient dans les derniers espaces non occupés permettant aux organismes de compléter leur installation. Finalement, le 8 novembre 1999, le nouveau Centre de services communautaires du Monastère était inauguré et regroupait alors treize organismes.

Impact économique et rayonnement du Centre

Les dix organismes communautaires qui occupent actuellement le Monastère du Très-Saint-Sacrement génèrent une activité économique substantielle. Présentement, les organismes emploient plus de 65 personnes à temps plein, sans compter le nombre de personnes qui y cheminent en emploi, certains par le biais de formations professionnelles spécifiques, d’autres par des programmes en employabilité et en pré-employabilité. On estime à près de 800 le nombre de personnes qui s’adressent directement ou indirectement aux organismes logeant au Centre sur une base quotidienne.

De plus, la situation même du bâtiment, au cœur d’une zone où la majorité des résidants du Plateau circule chaque jour a un impact sur l’achalandage. La concentration de plusieurs organismes en un seul lieu a elle aussi un effet sur l’achalandage, la clientèle peut facilement transiter d’un service à l’autre. La visibilité et l’accessibilité accrues dont bénéficient les locataires du Centre profitent à l’ensemble des organismes communautaires locaux, non seulement parce que le Centre se veut un lieu de référence et d’orientation, mais aussi parce qu’il vient symboliser la force, la diversité et le dynamisme de ce secteur d’activités.

Le financement

La restauration du Monastère des Religieux du Très-Saint-Sacrement fait partie d’un projet plus vaste de réaménagement de tout le secteur du métro Mont-Royal. Cet édifice, situé au cœur du Plateau Mont-Royal, se devait d’être rénové et ses locaux, de moins en moins occupés, se révélaient idéals pour y regrouper des organismes communautaires offrant des services directs à la population. Les travaux, entrepris en tenant compte de son caractère historique, ont consisté à la mise aux normes de l’édifice en tant que bâtiment public et à l’adaptation des locaux aux besoins des organismes. Les coûts de réalisation du Centre de services communautaires du Monastère s’élèvent à près de 2 millions $. Les partenaires financiers sont :

Au fédéral:

Secrétariat d’État au développement régional: 400 000 $

Au provinciale:

Ministère d’État aux Affaires municipales et à la Métropole: 860 000 $

Ministère des relations avec les Citoyens et de l’Immigration : 10 000$

Au local:

Conseil régional de développement de l’Île de Montréal : 99 000 $

Ville de Montréal : 75 000 $

Caisse populaire du Mont-Royal: 15 000 $

Centre local de développement : 140 000 $

Contribution du milieu:

Les organismes ont défrayé certains coûts d’aménagement de leurs locaux à même leur budget ou en faisant appel à des fondations privées. Les fondations Francoeur, M. et J. Coutu ainsi que J.A. de Sève ont soutenu l’installation de certains organismes.